Le Journal de Laffont et Pontel... deux flics à la dérive (version ça va chier).

19 octobre 2008

Le retour (une fois de plus) !

war1

 

"Ouais à tout le dispo on lâche là ! Je répète on lâche ! Mais putain fournier que faite vous non de dieu ? Collègue au contact ! Collègue au contact ! Mais quel con ! Foutu fournier vous êtes foutu je vais vous rectifier le derch' à la Sylvester Stalone mon vieux ! Pour l'ensemble des effectifs : FOURNIER FOUTU ! "

Message d'un Capitaine de la BRB. Archive PP dans les foirages de la P.J. 1998.

Salut Riton !

Ça fais longtemps bordel de Dieu ! J'avais plus d'artiche alors je suis allé faire un peu d'import / export en Thaïlande histoire de me refaire une santé... Je me suis mis en "maladie mentale" pour le boulot et le tôlier à tout gobé... On a secoué un peu le psy de la boite pour qu'il valide mais trois fois rien ! Donc me voila parti pour 6 mois dans l'optique de ramasser le pactole ! J'ai laissé mes amis, mes collègues et Anna à paris pour dire GOOD MORNING VIETNAM en... Thaïlande !

En tout cas sympa les thaïs, mais t'en a vite ta claque de jaffer du riz, de défoncer les chiottes, d'être plus grand que tout le monde et surtout y'a pas de pinard la-bas... t'imagine l'angoisse ! Mais bon la bonne combine c'est de te maquer avec une frangine locale pour éviter de te faire flasher le bios. Ou que tu aille ils veulent te la mettre les bridés, alors pour éviter les emmerdes tu te coltine une souris thaï et en avant simone ! Une fois de plus et comme toutes les greniasses de la terre elles sont jalouses comme des pandas, je me suis manger quelques torgnoles dans la caboche des soirs ou je rentré tard complètement arsouillé et fallait la convaincre que j'étais pas allé aux putes... surtout que j'ai retrouvé un ancien collègue des R.G installé à KHO PANGAM, il se faisait appelé "Pantruche bon tuyau".

La Pantruche elle à tout compris... GERMAINEEE ! GERMAINEEE ! UNE ROCK'N ROLL OU UN SLOW ! (pardon)

Bref, il m'a vite affranchi sur les us et coutumes locaux histoire de pas se faire ramoner le petit ! Donc me voilà parti dans le commerce à 11 heures d'avion de Panam'.

L'organisation est à la pointe. Depuis Paris c'est Pontel qui gère, on stock dans mon appart' (et apparemment c'est le bordel me dit Anna) et une fois arrivé à Bangkok j'ai un box surveillé H 24 pour trois thaïs réglo comme le pape (à qui je laisse entreposer de la came dans un coin du box). Donc la combine, vu que tu crève d'envie de la connaître depuis tout à l'heure, j'importe du champagne depuis la France, et j'exporte des foulard en soie et cachemire (provenance INDE). Pour les boutanches de champ' Pantruche m'a présenté le JET-SET locale à qui je vends cette denrée rare, concernant le écharpes je profite des frets pour exporté (un peu de flouze pour le commandant de borde qui veut claper sa part). Donc tout roule sur des roulettes pour mon biz'. Pour me loger pas de problème ! J'habite au 19ème étage d'un immeuble à sukhumvit, une grande crèche tout confort, cuisine salle de bain salon et lit double... et en plus j'ai le tromé en bas de chez oim'dé. Je dois remercier un ami de Pantruche qui taf à l'ambassade !

Phase finale pour boucler la boucle : trouver la greluche locale ! Après avoir arpenté les bordels et autres endroits de joie je suis finalement tombé sur Palita Sanin (né le 24.12.1980 à CHANG MAI, père inconnu, mère nommée Toume Sanin, née le 01.03.1964 à TANG SALA, deux soeurs et un chien) appelée PUY (son blase de tapin). Après lui avoir reconfigurer son kernel mainte et mainte fois j'ai finalement sympathisé, et étant débrouillarde et parlant l'anglais à la perfection elle avait le profil pour tenir mes bourliches pendant 6 mois. Le plus dur ça a été de l'arraché du "Lady Bar" car la tôlière n'aime pas quand on lui tire son blé qu'elle redistribue elle même à la pègre locale. J'ai donc organisé le coup avec cette bonne veille Pantruche et j'ai même fais venir Gérard et Roland de France au cas ou ça foire...

Je suis donc allé chercher les deux pottos à l'aéroport international de Bangkok, ils étaient pété comme des coins ! Les collègues locaux sont vraiment pas commode et détestent les étrangers à la base donc je leur ai dit "LOW THAI" les mecs ! Ça veut rien dire mais ça les a impressionné alors ils ont fermé leur claque' merde et ont marché droit jusqu'au tacot'. Je suis allé les installer à une super hôtel grand luxe à coté de chez moi, on avait 4 jours pour monter le coup (la promo allé/retour qu'ils ont ramassé sur internet nous a pas laissé le temps). Je les ai donc présenté à Pantruche (un bon pote d'époque pour Gérard) qui nous à lui même présenté à CHANG, qui lui même nous a présenté à LEE, qui, ce dernier, nous a trouvé de l'artillerie. Ah bas on change pas les potes hein ! Du lourd qu'on à prit ! Que du lourd ! Avec Gérard on a quand même dissuadé Roland de prendre un mortier... "Pour la déconnade" argumentait-il. Donc : équipé de fumant 6 coups 38 SP, d'un pompe d'origine douteuse et de deux MAT 49 de la guerre d'Algérie (petit fusil mitrailleur 4,244 kg chargé, 9mm Parra, 32 bastos et du 6OO coups/minutes), et bien évidement on a tous voter pour de la grenade au phosphore !

Le plan d'attaque c'est décidé autour d'une bouteille de Wisky local : le Saeng Thip. Pourtant on a commencé tard, vers dix sept heures... Bref, à 18h08 Roland est parti rendre son breuvage, alors que Pontel chargé son pétard... faut dire que moi j'allais presque franchir la limite du tolérable ! On a donc reporté le meeting à demain.

Même heure mais pas dans un bar, on c'est retrouvé à

Posté par turulu à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


04 novembre 2007

Cette fois ça va chier sec !

flic_ou_zombie_affiche

Putain de bordel' cul d'enfoiré de merde !

C'est pour toi monsieur le préfet, monsieur l'en****, la muge, la grotte, la cagole !

Qui c'est qui doit se taper l'arbre de noël police (enfin qui doit faire figuration en tant que père noël) pour les bons soins de la PP ? C'est Laffont bordel !

C'est parti d'une putain de blague avec mon chef de groupe (qui connait bien le prefet, qui ce dernier me connait bien aussi), une sorte de pari pour me rendre volontaire à faire le papa noël pour les gosses des collègues et aux hauts fonctionnaires de la prefecture de police.

Cet enfoiré ma collé un déguisement dans les pattes avant hier et en me tappant sur l'épaule il ma dit :

"Tu tiens le bon bout, lache rien !"
Puis il s'est marré et à disparu dans les couloires...

Voila je vais tappoter des petites gueules blondes pendant 2h30 (des mandales dans la gueule ouais) !

Au moins je fais plaisir à Anna (ouais je suis toujours avec... elle à toujours pas compris) en lui montrant que j'aime bien les mioches...

Posté par turulu à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 septembre 2007

Mais on à parlé de nous la ?

Sans_titre

http://mediatic.blogspot.com/2005/03/le-journal-de-laffont-et-pontel-deux.html

Bordel d'enfoiré de média...

C'est toujours la même chose, on parle de toi mais t'es le dernier au courant (avec plus d'un an et demi de retard je peux plutot faire canard...), quand on pense qu'une des princiapales qualités du fonctionnaire de police c'est d'être curieux après être alcoolique ça fout les boules non ?

Ca me rappel la fois ou je suis allé becter avec un pigiste du canard enchainé, dont je tairais le nom (il s'appel Victor duffley), qui me racontais un peu toutes les nouvelles de l'interieur, comme la fois ou un député UMP été tellement torché qu'il à coller la main au cul à sa belle fille durant le repas de noce... immagine un peu le bordel... Une autre histoire que Vico' m'a raconté, celle-ci  mettait en cause une soirée très très mondaine dans les beaux quartiers'd'panam : une vingaite de petits fils et fille de putain, euh... au mari de la putain... au papa quoi ! Ils c'étaient réunis en couple pour une soirée UP : baise-coke-champagne ! 9 couples très très très chaud et un seul couple composé d'une jolie petite nenette toute timide et dont la nature avait admi que la loi de l'impesanteur (apesanteur est un synonyme techniquement incorrect) allait être plus dur pour elle quand elle aurait 2 ans et qu'elle dégringolerait les marches de sa tranquille maison de campagne, la pauvre enfant resta paralysée de la moitié droite du visage et bavait dès qu'elle prononçait plus de 5 mots... son mec lui, adorable mais les levures et la beauté lui ont montré leur cul dans la vie : grand et maigre avec des cicatrice plein le cord (il à trop gratté la varicelle) et en plus des ongles rongés, un début de calvici presque caché par la tartine de pélicules recouvrant sa caboche à moitié dégarnie... donc le couple de l'apothéose du chaos ! Avec eux, ça faisait 10 couples agés entre 23 et 27 ans. La soirée commence donc (20h30) et le champagne à rapidement coulé derrière la cravate des messieurs... le jeune Charles (nous appelererons le jeune homme décrit ci-dessus comme cela) et la jeune Aimée (nous appelererons la jeune femme décrit ci-dessus comme cela) avait été invité par l'organisatrice de la soirée elle même accompagnée d'un charmant jeune homme qu'elle avait rencontré en boite deux semaines auparavant... Le couple M (pour Moche) se famaillairaisait avec les lieux et il lui arrivait de discuter à gauche à droite mais tout en gardan une certaine pudeure liée à la gêne. La soirée s'enivrait et se sniffait donc bien est arrivée à son appogée vers 23h30, alors que Charles discutait avec une bande de mecton'

a suivre

Posté par turulu à 10:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]

02 septembre 2007

'Pas en chier une pendule !

Ah ! La Cagole ! Tu veux bouffer ma Muge ?

"Mais il est exité par quoi ? Mais il veut baiser qui ?"

Putain de monde de brut n'est-ce pas Riton ? Que de choses à raconter !

On va commencer par le pot de départ d'André (dit dédé, dit Chameau, dit le boureau des coeurs et du cul) : Appel sur nos téléphones perso de la part de Marco -mon supérieur hiérarchique qui m'a couvert le cul plus d'une fois alors que moi je l'ai plus mis dans la merde que sa femme à laver ses bêtises de lendemain de cuite...- nous conseillant fortement de venir boire le pot de départ d'André, l'ancien agent administratif des archives du 36...

Reflexe d'appeler gérard pour savoir si c'était bien reçu pour lui... effectivement il tirait la gueule tout comme moi de se voir obliger d'éloger un vieux fumier qui nous à fait poirrauter plus d'une centaine de fois... je me rappel de notre dernier échange verbale (le physique nous à jamais tenter) :

*moi* /j'arrive avec la banane "Salut Chameau ! Faut que tu me ressorte une procédure c'est important !"

*André* /il se retourne et d'un oeil hagard il me rétorque " M'appel pas chameau sacré non de dieu et ta procédure tu peux la rouler en faire un farritas et te le coller au cul car j'ai pas que ça à foutre, t'as qu'a te pointer en fin de matinée on verra ce que ton pote chameau pourra faire pour toi gamin"

*moi* /sur un ton plutot amusé et ironique "Ok je comprend l'ancien ! Le temps que tu te trimbale ta vieille carne entre ses putains de bibliotheques je penses que je peux te laisser deux jours !"

*André* /directement à moi "Petit connard ! Au diable ta procédure de mes deux c'est pas un faritas mais un cactus que tu vas te caller au fond de ton p'tit cul de flicard ! Arrete de m'ememerder la bite j'ai plus que trois jours avant cette foutue retraite ou j'serais penard sans l'ombre d'un merdeux qui vient m'étriper les esgourdes avec ses procédures !"

*moi* /sans voix et surpris puis étonné et enfin énervé "Tu vas te bouger la chignole mon salaud je te jure que je fait te refaire le piano en donnant la mesure, ça va être Bagdad dans ton futale !"

*André* /rouge de colère et de connerie "Mais je-t'en-merde-eu ! J'ai assez livres et d'dossiers pour te boter le cul jusqu'à c'que tu prefere sucer un corbak plutot que de rester dans mes bras salopard d'enfoiré d'enfant de putain ! T'es même pas foutue d'te d'emmerder pour fouiller et trouver ta merde !"

*moi* /je m'approche de lui "Me chauffe pas crouton ! Me chauffe pas"

*André* /se tiens les couilles fermement de la main droite et balance un coup de bassin vers moi "Tiens"

*moi* / ... "Oh !"

*André* / Il recommence trois fois "Tiens ! Tiens tiens tiens !"

*moi* / je sors une petite bombe lacrimo en gel de ma poche de blouson le chope par le colbaque, lui pointe la geleuse à 3 cm de son oeil et je gueule "Lache tout de suite ta paire de burnes et donne moi ma procédure"

*André* / Il se fend la gueule et me rit au nez pour me hurler "Mange ma muge !"

Au même moment des bruits de souliers, bien connu de mes oreilles, se fond entendre et se rapproche de plus en plus de nous... je me retourne :

*moi* / no coment "Mes respects patron"

*André* / no coment aussi "fait chier..."

*le patron* / Mal rasé avec la cravate mal foutue, il nous regarde par dessus ses lunettes et d'une voix lente et grave il glisse "Dite moi M.BERTOLI (il s'adresse à andré), il faudrait pas faire le con avant la retraite... et vous Laffont vous passerez dans mon bureau là... faut qu'on parle de votre  collègue Pontel là... Ca va pas du tout en ce moment il parrait un peu... tsoin tsoin !"

*moi* / tout droit les mains dans le dos "Très bien patron je passerais tout à l'heure dès que M.BERTOLI m'aura donner la procèdure MORTIER"

*André* / se dirige vers une armoire et fouille deux secondes avant de me sortir mon pavé qu'il me remet sans broncher

Le patron tourne les talons et je le suit... avant de monter les marches, je jete un coup d'oeil à andré qui se remet à se prendre le paquet et à me donner des coups de bassin. Je lui rétorque en lui faisant un doigt et je disparais dans l'escalier...

Voila la petite histoire d'andré... Quel enfoiré !

Donc ! On se donne RDV avec Pontel pour le pot. Il passe me chercher. On va chez ali (un épicier du quartier" : "Hé salut Ali ! Alors toujours à vendre tes saloperies ?" Ali "Non chef j'ti jure qui j'ai arrété ! Vous prenez quoi c'est offert !" "Ok, on va te prendre ta bouteille de vin la plus dégueulasse que tu es et du café en grain"... On se casse de l'épicerie avec les présents de notre ami ali et on va au 36...

Posté par turulu à 19:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2007

Le Retour, le grand retour par la fenetre !

Et bien mes dames (toutes des salopes ça a pas changé depuis) et messieurs voila le grand retour du capitaine Laffont Didier, en service à la brigade de répression du banditisme de la PP (l'Etat dans l'Etat) !

"Je vous doit des explications ? Mes couilles sur vos fronts luisant par la joie de me revoir bande d'emplatrés ! Il est vrai que pendant ces quelques mois d'absence je n'ai pas été présent mais le coeur y était (j'ai dit la même chose au juge pour mon premier divorce) ! Une petite dépression qui à perduré dans le temps, c'est aussi sournoi qu'un cancer qui revient apres une chimio j'te l'dit moi ! Donc le tolier m'a ordonné de me foutre au vert pendant "une periode inderterminée dont la rupture sera engagée sous la responsabilité d'une personne habilitée à juger de l'etat physique et psychologique du fonctionnaire" - en gros des que j'arreterai l'alcool à hauteur d'une bouteille de rhum par jour, que j'aurai accepté le fausse couche de ma femme (anna) qui elle même est partie en Pologne se rapprocher de sa famille pour "aller mieux" sans penser que son mari pouvait peter un boulon au travail ou chez lui le soir ; que je n'aurai plus de crise existencielle aigüe et que j'accepterai le décès de rolland (mon ancien collègue, copain comme cochon, gigot et gouse, bite comme chatte) je pourrai retourner travailler.
Au bout de cette longue période d'absence psychologique j'ai enfin trouvé foi en moi même grâce à un travlo qui est devenu un ami (puis un ami de Pontel) et qui m'a fait lui promettre de me ressaisir lorsque je l'ai récupéré, un soir de janvier, au bois de boulogne, avec un cran d'arret planté dans le bas ventre... il est mort dans mes bras... enfin elle... enfin sonia comme on l'appelait... Donc j'ai tenu promesse et je lorsque je suis allé faire ma visite médical bi-mensuelle chez ce con de psy, bien qu'il soit brave comme un prépuce séché, je lui ai fait part du fait que "j'étais prêt". Ce con à souri et m'a dit que lui ne le pensait pas... 1/2 heure apres la fin de la consultation Pontel et venu avec Mario pour faire changé d'avis le psy, l'accord à été passé dans le parking et à abouti à ma réintegration au sein de la brigade, de Ma brigade !

La dernière fois que j'ai tenu un soufflant en service j'ai tout praliné dans la burlingue d'un clampin ! La dernière fois que j'ai tenu un flingue hors service j'ai failli m'en collé une dans la caboche... Je suis allé récupérer mon arme de service à l'armurerie de la PP, ils m'ont filé un SIG SAUER SP 2022, un bon pétard qui crache du 9mns parabellum... j'ai eu le droit à la malette et tout le bordel, mais j'ai vite retrouvé les veilles habitudes des familles en le calant dans mon benzouille, entre le nombril et les roupettes !
Je suis allé le faire toné dans le stand de tir du CSP du 5ème et je dois avouer (même si ça ne vaut pas mon ancien colt) que ça balance pas mal !

Anna doit revenir d'ici quelques jours, je vais la ramasser à ORLY... putain de vie !

Posté par turulu à 14:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]


28 novembre 2005

A VOIR

bu011036

J'ai fais ce blog avant la sortie de ce film qui est formidable ! Pour les fans de l'esprit "PJ PARISIENNE" à voir...

Posté par turulu à 19:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

GREVE DE LA POLICE

POUR REVENIR DE LOIN, SOYONS SOLIDAIRE AVEC LES COLLEGUES QUI SE PRENNENT TOUT DANS LA GUEULE (JUSTICE + EMEUTIER) !

SPVP (Syndicat des Policiers Vénères de Paris)

Posté par turulu à 19:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 août 2005

Le Mariage de Michel Branquignol...

brigade_mariage1

Ici Didier Laffont en direct des back roms du marais... non je deconne je reviens du mariage de mimi ! Mais si bordel mimi... un ami qui boss à la brigade avec nous.
Bon Mimi, on l'a connu en 96 avec Pontel. Un mec pas très grand, divorcé déjà deux fois, 7 gosses en basage (apparemment plus de la moitié ne veut plus lui parler... putain elle est aride la famille), Etat de service ?
Pontel dirait : "Avec Mimi c'était l'efficacité avant tout, un mec reglo mais fallait pas l'chauffer... J'me rappel un soir dans un de ces putains de bar de banlieue ou il avait obliger un mec à lécher la cuvette des chiottes parce que ce con avait dit qu'il devait être cocu... franchement un mec bien !"
Marco (notre commissaire) dirait : "Bon Mimi tout seul d'accord, mais quand il est avec sa grande copine "alcool" rien ne va plus... heureusement qu'on à toujours le vanne en couverture lors des OP car on à toujours la possibilité de le foutre à l'arrière..."
Rolland dirait : "Ohohohoh ce Mimi bordel de dieu !!! A le con ! Oh putain le con ! Ohohoh..."
Daniel dirait : "Oui bon d'accord, des fois il peut être sympa des fois il utilise la force pour avoir ce qu'il souhaite"
Roger dirait : "Grgrgrrgrgrgr"
JP dirait : "Ce que je pense de Mimi moi ? Bah un mec bien... je sais qu'il en à chier avec les gonzesses mais j'te jure que jamais y s'ra pédé celui la ! AHhahahaha ! A merde jamais !!!"

Quant à moi : "Michel, fonctionnaire de police lambda sans réelles ambitions professionnelles et sentimentales. Personne vulnérable se cachant sous une carapace "violente" dans la finalité de fuir les "autres" et plus généralement tout ce qui l'entour. Fils aîné jusqu'a l'age de 12 ans (sa petite sœur de 8ans s'est fait violée et égorgée) il est allé vivre chez ses grands-parents après le sucide de sa mère et le placement de son père en cure de désintoxication dans un centre pour alcoolique. Titulaire d'un baccalauréat (équivalent à L aujourd'hui) il a poursuivit ses études à l'université de Droit de Paris 2 ou il sortit avec une licence au bout de 5ans. Accepté au concours national de lieutenant de police et refusé à celui de gardien de la paix (personne ne sait pourquoi) il fait 5ans dans le commissariat du 11ème ou il rencontre pour la première fois Pontel. Heureuse rencontre 4ans plus tard avec moi-même et Pontel à nouveau au sein du service judiciaire des stups à la 1ère DPG. Conduite impeccable et bonne notation de la part des supérieurs (pas encore alcoolo) il est muté à Marseille ou il restera quelque temps. De retour sur la capitale avec un accent du sud (à ce sujet il à contaminé beaucoup de personnes...) il se retrouve à bosser à l'office centrale de répression du trafic illicite des stupéfiants... avec Pontel et Moi. Et depuis tout ce temps l'équipe s'est agrandie (à parfois éclatée) et on connaît combien chacun à de poils de burnes dans le froque.

Enfin bon pour reprendre, y'a 6mois j'ai reçu une connerie de faire-part de mariage qui disait que mimi allait ce re re marié... encore une longue soirée d'attente devant une chambre d'hopital pour voir si il va pouvoir vivre après la cuite qu'il s'est prit...

Bon je penses venir avec un costar (putain c'est quoi ça ?), accompagnée d'anna qui ressemble de plus en plus à une foutue bodruche, et de mon fidèle colt "au cas ou".

Ca y est on y est... Anna à eu du mal à sortir du lit j'ai du lui apporter le p'tit dej au pumar et j'étais tellement arraché de la veille (on à encore feter une fausse retraite) que j'ai conondu le café avec l'armaniac, apparament c'était pas perdu pour tout le monde... On à manger comme deux enfants avant de faire l'amour et... pardon ? Ah oui désolé... avant de niquer et notre putain de chien et venu nous faire chier juste au moment ou je croyais faire jouir anna pour la premiere fois de ma vie ! Apres c'est le shéma classic : douche, commode, fringues, voiture, oubli des clés retour appart, re voiture, périph, girlande, arrivé en cambrousse devant un chateau relais apres 1h de route !
Je dépose Anna devant ou elle saute dans les bras de la mariée (tte les femmes sont des amies, meme les travs...) quant à moi je me retape 20bornes pour préparer l'arrivée des "collègues".

Je branche ma radio sur la fréquence prévue, j'attend deux minutes, et c'est avec un bruit de sirène épouvantable que je recois de la part de jp : "Salut mon grand ! On est sur la route là et y'a des bouchons - Avance enculé ! - On fait au plus vite".
Je passe un coup de fil à Pontel, il arrive tout de suite avec rolland. Je sors de la bagnole, j'admire la campagne tout autour de moi... et oui ! notre rendez vous : On voulais marquer le 3ème mariage de Mimi donc on voulais tous venir de facon spéctaculaire (j'étais censé etre le seul dispo pour son mariage... oh une blague de flic !). Je m'allume une clope afin de nourir mon cancer, je marche, je m'enfonce dans le bois...
Dans ma vie j'ai souvent eu des bonnes idées mais je crois que là j'ai racler le plafond... tout gentillement j'ai sorti mon calibre et j'ai scruté le bois dans l'attente d'un lièvre ou un chevreil... non je déconne j'ai même allumé les moineaux ! Je suis retourné à la voiture apres avoir vider mon barrié et j'ai encore attendu.
Putain enfin ! Pontel et Rolland arrivent, ils sortent de la voiture, on s'fait la bise et on reprend les voitures pour aller au second rendez vous : la mairie. On arrive donc sur le parking devant la mairie, il est 09.31 on à rendez vous à 10.00. On décide d'aller au bistro.

Petit établissement sympa ou se retrouve tout les habitués. On est comme trois cons avec nos costards et nos cravates, rolland à reçut la palme car il a troué son futale. On prend tous un wisky. Le portable de rolland sonne, il répond; ils arrivent. On ressort du rade sans payer pour aller rejoindre nos collègues.
Pontel est le premièr à entendre les sirènes... on attend... on entend des pneus crisser... on attend...  putain une fourgonette de marque police arrive à fond sur nous les sirènes hurlantes et manque de me m'exploser les westons en dérappant. Tout speed JP sort du fourgon et nous explique qu'il étais enervé, que ça avait mal roulé... Arrive Daniel, Roger, pascal (le frere jumeaux de mimi, il travail à la BAC de naterre) et marco qui ne manque pas d'engueuler JP : "Putain t'as failli l'avoir la petite veille ! On aurait pu feter un enterrement en plus ! Fada !".
On se met au point, on laisse les voitures sur le parking et tous dans le fourgon. Avant que JP reprenne le volant un mec arrive vers lui et lui lance : "Ici c'est pas paris, alors tu payes !". J'ai tout de suite compris que c'étais un pote au barman qui venait nous faire chier pour l'impayé ! J'ai donc observer la scène depuis l'arrière de la fourgonette et les paris on commencé. La cote était à 7/6 que JP allait foutre un coup de tête; et à 7/1 qu'il allait lui balancer sa main dans la gueule... tout le monde à perdu. En fait JP lui à plaqué son coude sur la gueule, l'a mit à terre et, tout en le maitrisant, lui à sermoner des conneries. On est donc tous reparti direction le chateau, l'équipe était complète, nous avions rammener le cadeau de JP (d'ou la necessité de prendre un gros vehicule), le début d'un laborieux chaos !

Posté par turulu à 23:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juillet 2005

Tout foutre en l'air avant l'heure dite... molo michèl, molo...

gun1231

L'horreur de minuit, ici didier laffont en direct des caves de pigales... non je déconne on est dans le 16ème avec Anna et son frère.
Réponse à ceux qui ce poseraient la question de ce qu'on fout ici (surtout pour moi) : Igor (le truc qui sert de frère à Anna. Au fait, il est allé se tapper une putain la dernière fois, il est rentré quand j'étais avec pontel dehors avec le pétard à la main) connait du monde ayant de l'influence, et l'ayant invité dans un espèce de putain de "rally polonais"... bon en tout cas : Nãsdrovie !

On arrive devant un immeuble très joliment riche, une tête de gland vient nous perquisitioner la voiture (molement l'ami, molement...) : "Booooooonsoir", "salut" -il insiste- "Monsieur veut peut être que je l'amène" -je décide de tirer le code rouge casse burnes- "Non c'est bon l'ami tu peux y'aller" -l'enculé percevère- "Monsieur désir quelque chose ?" -Je lui avoine discretement la tronche avec ma telescopique, et surtout, loin des yeux d'Anna et de son frere-. Je trotte jusqu'a l'entrée de l'immeuble, Anna me lance "Tou pouré té dépeché, cé tré mal de faire attendre", je rétorque "Oh ta gueule, si je viens dans ta putain de réunion d'immigré qui fête leur régularisation c'est parceque je t'aime -j'me fout de sa gueule-", "Oh didié, moa aussi jé t'aime", elle m'embrasse.
Au même instant une putain de grande jigasse arrive vers nous et nous entraine vers l'interieur, on la suite sans broncher.
Après avoir escalader deux étages prétéxé par "hors service" sur l'ascenceur, nous arrivons finalement devant une porte. La grande conne frappe à la porte, un mec nous invite à rentrer, on prend nos mentaux, on nous invite dans le salon, il y'a du monde, beaucoup de monde; le langue est polonaise, on nous sert du champagne, je prend une coupe, Igor s'éloigne, Anna me prend la main, je me gratte les couilles, je me reprend une autre coupe de champagne et j'apperçois plein de banquettes au fond de la salle. J'entraine Anna par la main et nous nous installons... là c'est le bouquet...
Une femme de 20ans arrive vers nous et nous tend un plateau ou sont esthétiquement dréssés des rails de cocaïne. Elle sourie et propose d'abord à Anna (honneur aux femmes), Anna me regarde, je lui fais signe de la tête. Pour la première fois de ma vie de flic alcoolique drogué et pourri jusqu'aux poils de cul, je prend un malin plaisir à regarder Anna prendre un rail. Merde ! Je saisi Anna par l'épaule et je gueule MOLO à son orreille. Cette conne à prit plus de trois rails ! Je gronde la serveuse et je m'en tape autant que me tendre aimée.

Une heure c'est écoulée depuis notre arrivée et Anna est complétement déchirée ! Comme quelqu'un ce prennant plus de 350volts dans la gueule, Anna est allumée ! Elle parle à tout le monde, tout le monde lui sourit, elle sourit à tout le monde, elle montre son petit ventre (qui commence à gonfler) et doit dire en polonais qu'elle est enceinte de plus de 4mois maintenant. J'en ai plein la polourde ! Je décide de me lever, je vais au bar et je demande un wisky au serveur. "La même chose svp" (2ème wisky). "Garçon pareil" (3ème). "Mon verre est vide !" (4ème). "Hey !!! Tu me remet là !!!" (fin du 4ème, début du 5ème).
Ahhhhhhhhhhh alcool sans toi je serais seul ! Putain ça chauffe là, ça me monte sevère à la gueule ! Oh les neurones -elles doivent me haïre-... Bon j'en ai ma claque moi ! Je veux rentrer j'en ai marre !
Je balaye la salle du regarde, je ne vois pas Anna (et puis merde !). Je retourne aux banquettes, je crois que j'ai besoin d'un putain de remontant si je veux que mes jambes me traines encore un peu... je cherche la ptite connasse... elle se dirige vers les vestiaires, je la suit.
Arrivé dans les vestiaires vides et paisibles, je lui pose ma main sur l'épaule, elle se retourne. Je lui demande un ptit truc, elle  ne comprend pas. Avec le peu de vocabulaire polonais, je lui explique que j'ai un rhume et qu'il me faut de quoi le chasser. Elle ne comprend toujours pas. Je m'enerve et la saisie par le poignet en gueulant "cocaïne bordel ! COCAINE !!!". Elle me fait signe de tête et sort un sachet de son soutient gorge. Putain la paire de loche !!! Deux melons assez ferme pour être déguster ! "Méssieur. Méssieur ?" "Hein quoi ? A pardon...". Elle à tout compris, elle me fait un sourire qui à l'air sincère, je lui en refais un... on se regarde... putain j'pourrais être son vieux père... oh puis j'men branle ! Je l'attrape par la taille et lui roule un putain de gros palo ! (j'avais pas embrassé une nana comme ça depuis mes premières fois au collège). Elle me retire la cravate, tout en me tripotant, elle me fait mal mais j'aime ça ! Je lui enlève son haut, son chemisié, et sa culotte (je ne touche pas à la jupe au cas ou quelqu'un comme Anna se pointe. "mais non chérie elle à fait un malaise !"). Pour l'alibi c'est mort je suis maintenant à poil ! Elle m'alonge sur un tas de mentaux qui puent tous le riche. Elle dépose délicatement de la blanche sur mon torse (putain j'ai encore pris du ventre...) et lèche le tout. Pour moi c'est parti : le vieux bande ! J'inverse les rôles: je viens sur elle et plaigie son action précedente. Elle rigole et m'embrasse (j'ai plus de salive, la coke m'a tout volé...).
J'attaque les choses serieuses et je décide de la faire gripper (enfin on va essayer) avec ma main. Ah ? Mais... putain mais... oh putain ! Mais elle bande !!!

Posté par turulu à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2005

Anna et le reste du monde

igor

Ici Didier Laffont, revenant d'un mois d'enfer, et pour combler le tout Anna recommence ses putains de crises existensielles et à de nouveau claqué la porte y'a 1semaine. Le plus gros bonheur pour un homme de mon charisme c'est d'avoir une sacrée paire de burne pour surmonter et ne pas éclater suite à certains évenements qui peuvent prendre une ampleur ahurissante dès lors que le psychisme d'un être humain ne supporte plus le fait que la vie soit dure et qu'il faut bosser à 6h, manger des pates, vive les oiseaux, hier j'ai fourré un chat... Enfin bref, Anna est revenue dans la nuit avec son frere Igor... Je vous laisse immaginé la merde que c'était, un grand slave barbu, 2m05, 90kg (un peu comme un frankestein, mais avec une greffe de taureau de camargue -70cm-), nationnalité Russe (est né de parents russes mais sur le territoire Polonais... alors que ces même parents ont acquéri la nationalité polonaise, 2mois avant que Anna naisse), célibataire, cocaïnoman endursi, inculpé dans plusieurs crimes en pologne (vive l'€urope) et à migré en république tchèque en 1992, est revenu en pologne voir sa famille est à purgé une peine de 10ans de prison ferme pour tentative d'homicide avec arme, detention illégale d'arme de cat.4 (catégorie française, je connais pas celle de là-bas). Les principaux chefs d'accusation qui portaient sur lui ont disparu on ne sait ou (dossier fantôme, ont à les même à la PJ) sans quoi il serait encore en cage à attendre sa mort.
Bref un type charmant ce Igor...

Bien sur j'ai eu le droit à la gueulante d'Anna dans l'appart et devant son frere, bien sur pour affirmer ma virilité j'ai gueulé plus fort et ont à fini par dormir.
J'ai déplié le clic clac du salon pour Igor et ont a etteint les lumières. C'est vers 2h30 du matin que je me suis reveillé pour allé boire un ptit verre de porto, et quand je suis passé dans le salon j'ai vu le clic clac vide. Et merde, je savais qu'Igor était con, mais au point de fuguer dans Paris au milieu de la nuit un mardi, faut vraiment être barré...
Putain, il fallait que je le retrouve ! Si Anna perdait son frere c'était la fin... deja que ces parents sont morts fligués par les Ruskof, alors si elle perd ce qui lui reste c'est la fin. Surtout qu'une petite mauvaise nouvelle de rien du tout peut lui faire perdre notre enfant alors si elle fait une crise, elle va en foutre partout !
Je suis donc allé mettre un futale et une chemise, j'ai embarqué mon portable et mes clés et je suis decendu à la recherche d'Igor...

Posté par turulu à 13:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]